5 raisons qui me font regretter le sud…

mars 26, 2008

Expatrié à Paris depuis quelques années pour des raisons professionnelles , et originaire du Vaucluse, j’ai remarqué au fil du temps que le mode de vie parisien différait vraiment avec celui des provençaux.

Que ce soit des habitudes, des manières de vivre, de se déplacer, des manières d’être, de parler, je me suis rendu compte que ma vie et mon caractère avait changé depuis mon arrivée à Paname.

Voici 5 différences fondamentales entre Paris et la Provence, qui me font poser des questions sur le bien fondé de rester vivre à Paris :

1- Le bruit : à Paris on est constamment agressé par le bruit de la ville, entre les sirènes de police, les motos, et les bus, on se chope très fréquemment des mals de tête. Dans le sud, une voiture de temps en temps passe sur la route, sinon c’est le bruit des cigales le jour et le bruit des grillons la nuit !!

2 – Perte de repère des saisons : En région parisienne, mis à part les différences de températures, il n’y a guère de repère visuels nous rappellant la saison dans laquelle on est. Ca c’est très déstabilisant je trouve, parce que c’est pas le béton qui fleurit au printemps. L’autre jour je suis tombé en extase devant un arbre tout en fleur, et j’ai réalisé qu’on était au printemps. Alors qu’à la campagne lorsque les beaux jours arrivent, tous les champs sont en fleur, et plein de senteurs partout.

3 – Le temps : Ah lala le temps, c’est pas possible, on a beau s’y habituer, le manque de soleil ça influe énormément sur nos états dépressifs. Le ciel gris et la pluie très fréquente ça vous démoralise un provençal qui a l’habitude d’être bronzé à partir d’avril. Chez moi : 300 jours de soleil par an !!!

4 – Les gens : L’enfer c’est les autres !! ben ouai je suis d’accord, à l’heure actuelle je n’ai pas encore vu un seul barman sympa et n’essayant pas d’arnaquer ses clients à Paris. Très peu d’humanité dans le regard des gens, l’anonymat total, et la peur qui se lit souvent sur les visages lorsque l’on s’approche d’eux pour demander une direction ou l’heure.

5 – Manque de repère familial : On a beau travailler toute la journée, souvent notre famille qui est restée dans le sud nous manque et on aimerait les voir plus souvent, boire un petit apéro à l’ombre d’un platane, profiter plus de ses parents… Ok y a le TGV mais redescendre toutes les semaines ça revient très cher. Bref, on se sent moins protégé par le cocon familial.

Si Paris était dans le sud …

voilà c’était ma minute nostalgie !

Si vous aussi vous êtes expat, n’hésitez pas à me laisser des commentaires sur ce qui vous manque le plus, loin de chez vous.

gordes.jpg

ou

paris.jpg
Publicités

[Sans commentaire] Mort de Thierry Gilardi

mars 26, 2008

gilardi.jpg